L’apprentissage constant

Blog créatif

L’apprentissage constant

Je suis formatrice agréée, vous vous doutez donc que la formation, l’apprentissage, les connaissances sont des sujets qui me parlent beaucoup!

Je ne peux même pas dire ça date de quand… je joue au professeur depuis que je suis enfant d’ailleurs. Pendant que d’autres s’amusaient aux jeux vidéo ou avec le light Bright, moi je m’installais sur le vieil ordinateur de la maison pour créer de faux bulletins et les remplir selon le résultat qu’obtenaient mes peluches aux différents examens que je leur faisais subir! Inutile de dire que M. Patate avait BEAUCOUP de difficulté en lecture.

Le primaire a été relativement facile, le secondaire et le cégep aussi. Il m’était simple d’apprendre puisque j’y prenais plaisir. Chaque nouvelle connaissance était l’occasion de découvrir une nouvelle partie du monde, de l’univers, de son fonctionnement et des comportements des gens qui m’entouraient. J’ai pris plaisir à apprendre à l’université également, mais d’une tout autre façon. Les nouvelles informations qu’on m’enseignait formaient non seulement mon esprit critique, mais aussi mon avenir. Un avenir que j’avais choisi.

ET LE MUR !

Le marché du travail. Forcée d’admettre que la quête de connaissances ne s’arrête pas au moment où on signe le contrat. D’abord la probation, où tout ce qu’on fait c’est apprendre, apprendre, apprendre! Le petit bocal qu’est notre cerveau se doit d’être rempli le plus possible, et le plus vite possible. Et même une fois que la période d’entrée en poste est complété, l’apprentissage est constant.

Mais pourquoi ? Comment ? Avec qui ?

Pour s’adapter! On parlait de VUCA il n’y a pas si longtemps. Donc en réponse à un environnement complexe, volatile, incertain et ambigu (traduction de volatility, uncertainty, complexity et ambiguity), chaque personne doit s’adapter. Comment réagir à cette incertitude/complexité/volatilité/ambiguïté ?

La formation ? Je n’irais plus loin que ça. La formation est l’acquisition de nouvelles connaissances/compétences, mais encore faut-il les mettre en application, les évaluer, les « challenger » encore et encore. Les remettre en question. L’apprentissage donc, est un processus qui, à mon avis, est plus complet. L’apprentissage se définit en plusieurs étapes, y compris l’étape clé : prendre conscience de notre incompétence! Je sais que je ne sais pas. C’est en réalisant que je ne sais pas faire quelque chose que je réalise mon propre besoin de formation et que je peux démontrer l’ouverture nécessaire aux apprentissages.

C’est là que la formation s’insère. La formation est utile pour combler l’écart entre le niveau actuel et le niveau voulu. La personne peut ainsi devenir, progressivement, consciente de ses compétences jusqu’à l’atteinte d’un niveau de compétence inconsciente.

Pour vous donner un exemple assez clair… prenez votre capacité à faire du vélo! Tout le monde en fait dans ma rue… je manifeste donc le désir d’en faire moi aussi. Faire du vélo me permettra sans doute de me déplacer sans demander l’escorte de mes parents ou de mon grand frère… mais encore faut-il que je sache en faire. En embarquant dessus pour la première fois, ou quand j’ai enfin le courage de demander à un adulte de retirer les petites roues qui me servent de support… je plante! Je réalise que j’ai du chemin à faire pour… faire du chemin! Si je veux poursuivre le même but, je sais maintenant que j’ai du travail. Puis, progressivement, je plante moins. Je vais un peu plus loin, un peu plus vite. Quelqu’un m’a expliqué comment faire, puis montré et finalement, laissé faire par moi-même. Si je suis chanceux, j’ai aussi reçu des conseils tout au long de mon apprentissage. On a ajouté des défis à mon parcours aussi peut-être : freiner, monter ou descendre une côte, rouler sans les mains, etc.

Puis, un jour, je suis monté sur mon vélo sans me poser de questions. Non seulement je pédalais vers ma destination, mais je le faisais naturellement. Le marché du travail est pareil! Sauf que le vélo est remplacé par une machine, un outil, une responsabilité, une équipe, etc.

Les compétences à acquérir sont nombreuses, mais le processus demeure le même!

Marie-Pier Plante

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *