Réflexion sur la liberté

Blog créatif

Réflexion sur la liberté

Le 1er mai dernier, j’étais en plein vol de Rouyn-Noranda vers Montréal. Tellement fébrile. Dès le lendemain, je retrouverais ma belle et grande famille des affaires. En effet, les 2 et 3 mai se tenait le G500. Événement de 24 heures organisé par le Groupement des chefs d’entreprises qui réunit en moyenne 500 personnes, tous entrepreneurs, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la France, de la Suisse et de la Belgique.

Chaque année, cet événement, je l’attends. On y retrouve partage, inspiration, rencontres et beaucoup d’émotions afin de nous faire avancer dans notre posture d’entrepreneur. Le thème de l’édition 2019 : Se libérer autrement.

Lorsque j’ai participé au G500 de 2015, Rémi Tremblay (auteur, fondateur de La Maison des leaders, conférencier) avait demandé aux entrepreneurs présents, s’ils s’étaient lancés en affaire dans le but de se sentir libres. À main levée, sans grande surprise, tout le monde ou presque avait levé la main. Il a ensuite demandé de relever la main une seconde fois si nous nous sentions libres présentement comme entrepreneur. Nul besoin de vous dire que sur 500, cinq personnes au plus avaient gardé la main levée. Ouch!

On a tous envie de liberté, mais dans le fond, le somme-nous vraiment? J’ai des doutes. La semaine dernière, j’ai vécu mon G500 en compagnie d’entrepreneurs vraiment incroyables. J’ai eu le privilège de partager ma table avec sept personnes merveilleuses. Ils m’ont donné l’autorisation de parler d’eux dans mon billet. J’en profite donc pour saluer, très chaleureusement Ian-Alexandre Lavoie chez Transforce Beltal Inc., Julie Éthier de IMS (Identification Multi Solutions), Anne-Catherine Ménard de Topring, Valérie Marier chez Effenti, Ulys Bédard chez Les Pères Nature, Catherine Morneau du Groupe Morneau ainsi qu’Éric Ambrosio de Symcod Inc.

Après quelques conférences sur le sujet, on nous a demandé, en table ronde, de partager notre définition de la liberté. Voici les réponses qui ont été échangées à notre table.
Pour moi, la liberté c’est …
• Établir mes propres contraintes, choisir ce que je veux quand je le veux;
• Pouvoir choisir;
• Comprendre que tout est une question de choix;
• Libérer ma créativité;
• Ne pas me sentir prisonnière du jugement des autres;
• L’oxygène;
• Réaliser mon plein potentiel;
• Être libre de moi-même;
• Avoir un détachement au matériel et aux situations;
• Un état d’esprit et de conscience. Un espace de prise de décision qu’on se donne pour être cohérant et en phase avec nos valeurs, convictions avec compassion envers soi-même.

Puis, on a échangé sur les raisons qui nous donnent envie d’être libres.
Je veux être libre pour…
• Réaliser des accomplissements;
• Diminuer mon stress;
• Faire mes choix;
• Faire comprendre aux autres que tout est un choix;
• Avoir plus de joie;
• Diriger avec mes valeurs et mes passions;
• Influencer ma gang à vivre la liberté pour qu’eux aussi le réalisent;
• Vivre mes passions, partager et faire du bien autour de moi
• Prendre des actions plus cohérentes avec ce qui émerge en moi;
• Accepter mes choix;
• Être plus léger;
• Rendre le monde meilleur, juste, plein de sens et de love. Pour être bien, heureuse et vivre ma meilleure vie.

Pendant deux jours, les conférenciers nous ont partagé leur vision de liberté et notamment, des réflexions sur le fait que la liberté c’est un choix de vie. Que d’entreprendre, c’est se déployer. Que mieux on s’entoure, plus on peut être libre. Qu’être plus libre nous permet de faire le bien, que la liberté, c’est une quête de tous les jours, que ça nous permet de réaliser nos rêves de vie, que ça demande toutefois une certaine discipline et qu’en se libérant, on peut travailler moins pour générer plus.

Je vous garantis que ce congrès ne s’est pas déroulé en fiesta comme le dépeignent parfois les romans et les films. En fait, mon cerveau était tellement actif que j’ai eu mal à trouver le sommeil. J’ai médité. Mais il y avait tellement de pensées par ici et par là, que je n’arrivais pas à trouver la tranquillité d’esprit. De toute cette activité cérébrale est ressortie une prise de conscience pour laquelle Rémi Tremblay est maître d’œuvre. Je serai libre lorsque j’arrêterai de choisir entre une chose et une autre. Je dois plutôt apprendre à discerner davantage et embrasser les paradoxes puis retourner à ma source intérieure. À l’avenir, je prendrai le temps d’aller vers, puis, de laisser venir à moi ce qui émergera en toute conscience. Je veux être. Simplement être. Plus je serai, plus j’aurai la capacité d’écouter et de sentir les choses et dès lors, je saurai quoi faire.

Après un deux jours chargé je reviens pleine d’espoir, de force avec un seul but en tête : respirer. Faire le calme, arrêter de vouloir provoquer à tout prix. Aller vers, et, laisser venir!

Merci à toutes ces personnes qui ont contribué à mes 2 et 3 mai. Je ne peux tous vous nommer, mais vous vous reconnaîtrez !
Liberté!

Bénédict L-Deschamps

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *